Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/11/2009

Pourquoi se gêneraient-ils ?

Ils ont la majorité des Belges de leur côté. Hélas.


Des policiers tabassent un détenu. Des gardiens humilient un prisonnier. Des détenus se bagarrent entre eux. Un pointeur se fait violer par ses compagnons de cellule. Pourquoi se gêneraient-ils ? Les victimes de ces actes de violence sont des êtres hors-du-monde parce qu’ils sont entre-les-murs. Ils ont commis une faute. Ou des fautes. Ou en sont accusés. Certains sont des criminels. D’autres sont tombés par accident. Peu importe. Ils sont ailleurs. Ils ne sont pas comme nous. Peu importe leur origine, ils sont des étrangers. Des monstres. Des maudits.

Des droits ? Pourquoi revendiqueraient-ils des droits ? Ils ont fauté. Ils sont tombés. Ils sont dangereux. Tant pis pour eux. Qu’ils souffrent. Le plus possible. Ils ont fait souffrir eux-mêmes. Pas nous. Nous sommes honnêtes. Nous sommes gentils. Nous ne transgressons pas les lois. Sauf le Code de la Route, quelquefois. Là, nous pestons quand nous nous faisons prendre. Contre la police, bien sûr. Qui ferait mieux de faire la chasse aux bandits, aux violeurs, aux voleurs. De les tazer. De les tabasser si possible. Ca leur apprendrait. Car tout le monde le sait : s’ils en sont là, c’est de la faute à l’Enfant-roi. Parce que leurs parents les laissaient tout faire. Parce qu’ils ne recevaient pas de fessée. Ou de coups de pieds au cul. C’est bien connu.

Trêve de plaisanteries : les prisonniers sont des êtres humains. Des êtres humains comme moi. Des êtres humains comme nous. Des êtres humains qui portent bien souvent un poids de souffrance dont nous n’avons pas idée. Dont nous ne voulons pas avoir idée. Nous préférons ne voir que la chute. Ne voir que la faute. Ne voir que le crime. Nous préférons évoluer dans un monde en noir et blanc. En nous imaginant tout blancs.

Trêve de plaisanteries : un détenu frappé, violé, humilié, que ce soit par un représentant de l’autorité ou l’un de ses semblables est une victime. Au même titre, exactement, que l’ « honnête citoyen » frappé, violé, humilié par ce prisonnier. La prison ne doit pas, ne peux pas, rester une zone de non-droit. Ni un cul de basse-fosse. Une « animal factory ». Les coups, les viols et les humiliations ne font pas partie de la peine.

Ou ne devraient pas.

Quoiqu’en pensent la majorité des Belges.

Les commentaires sont fermés.