Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/11/2009

Je n'en suis pas morte

Une gifle parmi tant d'autres


Dame Lamberte papote dans sa taverne. Louis joue devant l’âtre avec le petit Leo. Entre une Dame. Une vraie ? Enfin, croit-elle. Beaux atours. Tête haute. Regard méprisant. Elle époussette le banc avant de s’installer, accompagnée d’une damoiselle pincée et d’un petit garçon. Après quelques minutes, celui-ci s’ennuie visiblement, et quitte la table pour rejoindre les autres enfants. Sa mère le rattrape par le bras et lui flanque une gifle magistrale.

- Bourrelle d’enfant ! Intervient la Lilotte, choquée.

- J’en ai reçu avant lui, répond la mère. Et je n’en suis pas morte.

- Non, réplique l’épouse du forgeron. Mais ça ne vous a pas arrangé le caractère.

Retour en notre monde.

J’ai reçu moi aussi des fessées et des gifles. Et, comme la Dame précitée, je n’en suis pas morte non plus. Pas plus que je ne suis morte d’avoir été violée. Pas plus que je ne suis morte d’avoir été volée. Pas plus que je ne suis morte d’avoir été ruinée. Pas plus que je ne suis morte d’avoir été trahie. Je n’en suis pas morte, non. Cela rend-il les châtiments corporels meilleurs ? Cela les rend-il, d’ailleurs, plus efficaces ? Je n’en suis pas morte, la preuve, c’est que j’écris ici. Et je suis persuadée que mes parents me les infligeaient pour mon bien. D’ailleurs, à bout de patience, j’en ai moi-même infligé à mes propres enfants. Avais-je raison ?

Je ne le crois pas. Je suis persuadée du contraire. Et je suis persuadée surtout que ces châtiments, s’ils peuvent soulager les parents, n’apprennent rien aux enfants.

J’ai séjourné il y a peu dans un centre de désintoxication. Je n’en suis pas fière mais, bon, c’est ainsi. J’y ai croisé bon nombre de jeunes gens que peu de parents aimeraient avoir pour enfants. Ne serait-ce que parce qu’ils sont malheureux. Malheureux comme les pierres. Malheureux au point d’avoir choisi la voie de l’autodestruction. Des alcooliques. Des drogués. Des délinquants.

Des jeunes gens que j’ai appris à connaître. Et à aimer.

Et, à tous ceux qui me diront que ce qui leur a manqué, ce sont de bonnes fessées, je répondrai qu’ils en ont reçu. Plus que leur part.

Comme quoi, elles ne sont pas toujours efficaces.

Même si, bien sûr, ils n’en sont pas morts.

00:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dame lamberte

Les commentaires sont fermés.