Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/12/2009

O temps ! Suspends ton vol !

Classique ? Quoi, classique ?


Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?

Ma fille est comédienne. Soit. Là n'est pas le sujet. Mais reprenons : ma fille est comédienne et interprétait récemment sur scène "Le Lac" d' Alphonse de Lamartine. Interprétait, pas déclamait. Là se trouve l'essentiel. Qu'un texte étudié, réétudié, et souvent considéré pour celà même comme poussiéreux, ennuyeux, emphatique, puisse être un simple cri d'amour. Puisse être une histoire qui s'adresse à nous, hommes et femmes de notre temps. Puisse nous parler à nous.

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir
!

Car ces textes, ces classiques, à l'origine, ils n'étaient pas destinés à être étudiés et réétudiés dans des salles de classes. Ils n'étaient pas écrits pour faire partie du patrimoine littéraire mondial. Ils avaient pour but de faire rire, de faire pleurer, de faire rêver. De faire réfléchir, parfois. De divertir. Certains aujourd'hui portés aux nues paraissaient en feuilleton dans les journaux. Certains sacralisés de nos jours sentaient le souffre et la révolte.

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Baz Luhrman a transposé Roméo et Juliette dans la pègre de Los Angeles, et a fait interpréter les héros par de jeunes acteurs à la mode. J'applaudis des deux mains. Ce Roméo et cette Juliette-là sont les meilleurs intercesseurs entre la culture classique et les adolescents. Bien meilleurs que les acteurs compassés enfermant le texte de Shaekespeare dans un cercueil de glace. J'applaudissait quand Louis de Funès jouait l'Avare, et quand Depardieu redonnait vie à Cyrano.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

"Les jeunes n'aiment plus lire" entend-on souvent. Je ne le crois pas. Les jeunes lisent. Ils lisent même beaucoup. Des journaux, des blogs. Des romans aussi. Contemporains pour la plupart. Mauvais ? Pas toujours. D'abord, qu'est ce qui nous permet de dire qu'un roman contemporain est bon ou mauvais ? Le temps n'a pas encore fait son tri. Ils lisent des romans contemporains, c'est certain. Des classiques ? Oui, aussi. Parce qu'ils y sont obligés, la plupart du temps. Parce que ces livres font partie de notre culture.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :

Ne serait-il pas possible de les lire pour d'autres raisons, ces classiques ? Parce qu'ils racontent de belles histoires ? Des histoires intemporelles, qui peuvent nous parler, à nous, comme elles parlaient à nos aïeux ? De parler à nos enfants, tout comme Harry Potter ? De les sortir de leur cercueil de glace ?


" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Je suis certaine que oui. Ma fille aussi, et bien des réalisateurs hollywoodiens aussi.

Les commentaires sont fermés.