Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

07/01/2010

Le Bouclier

Le roman amoral d'un ripou efficace


Farmington n'existe pas. Farmington est n'importe quel quartier populaire d'une ville américaine.

Vic Mackey pourrait être, lui, n'importe quel policier. Vic MacKey représente l'ordre. Vic Mackey pourchasse les tueurs.  Vic Mackey traque les dealers. VicMackey arrête les voleurs. D'ailleurs, Vic Mackey a le meilleur bilan des flics de Farmington. Et de la ville entière.

Mais Vic Mackey n'est pas n'importe quel flic.

Vic Mackey est un ripou. Un pourri de première. Un roi de la combine. Un prince de l'immoralité, des bavures policières et des manipulations. Pire, Vic Mackey est un assassin. Un tueur de flic. Et c'est même par ce meurtre que commence The Shield, série atypique, ultraviolente et sans concession. Dans laquelle les gentils ne gagnent pas. Dans laquelle les méchants ne sont pas toujours punis. Dans laquelle, d'ailleurs, il n'y a pas vraiment de gentils, s'il y a des méchants à la pelle. Dans laquelle les méchants sont humains. Très humains. Trop humains. A commencer par Vic Mackey.

Parce qu'il a un coeur, le bougre ! A défaut d'honnêteté, il a des sentiments. Il a des émotions qui ressemblent fort aux nôtres. A CELLES DES "honnêtes gens", pour peu que nous en soyons. Vic Mackey est un bon père, et un père peu gâté par la vie. A défaut d'être un bon mari, Vic Mackey souffre du désamour et du départ de sa femme. Vic Mackey ne supporte pas que l'on s'attaque à l'enfance. Vic Mackey ne supporte pas que l'on s'attaque aux enfants. Et tout ripoux qu'il soit, Vic Mackey combat le crime. Plus efficace que tous les flics honnêtes.

A-t-on le droit de combattre le crime avec ses propres armes ? Peut-on le combattre en étant criminel et voleur soi-même ? Les succès de Mackey valent-ils son âme ?

The Shield n'est pas une série morale.

Devrait-elle l'être ?

Les commentaires sont fermés.