Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

05/04/2010

Y a d'la pomme

Vous avez beau dire, y'a pas seulement que de la pomme, y'a aut'chose. Ça serait pas dès fois de la betterave, hein ?

 


- L'alcool à c'âge là... enfin !

Des truands dans une cuisine, se remémorant leur jeunesse en tartinant des sandwiches et en éclusant du tord-boyau, pendant que la jeune fille de la maison organise une surboum dans la pièce d'à côté. Scène mythique d'un film mythique, Les Tontons Flingueurs, de Georges Lautner, dialogué par Michel Audiard. Mais on s'en fout qu'il soit mythique, ce film. On s'en fout qu'il date de 1963. On s'en fout que la pègre qu'il décrit n'ait rien à voir avec la pègre d'aujourd'hui, celle que le fiston du bon Michel met en scène dans Un Prophète. On s'en fout même que cette pègre-là n'ait jamais existé. On s'en fout parce qu'on rigole. Et que ça fait du bien.

- Tu sais pas ce qu'il me rappelle? c't'espèce de drôlerie qu'on buvait dans une p'tite taule de Biénoa pas très loin de Saigon... Les volets rouges ... et la taulière, une blonde comaque... Comment qu'elle s'appelait Nom de Dieu ?

Or donc, Fernand Naudin, alias Lino Ventura en pleine forme, débarque de Montauban (Montauban, grand Dieu ! Et pourquoi pas La Rochelle, tant qu'on y est !) pour prendre la succession de son ami Le Mexicain, mort dans son lit. Succession houleuse (tant mieux pour nous). Pas seulement parce que son gang est à la dérive (quand le patron est malade, les employés ont tendance à n'en faire qu'à leur tête), mais parce que sa fille, la jeune, jolie et très branchée (on disait "branché" en 1963 ?) Patricia est loin d'être un modèle de discipline.

- Lulu la Nantaise !

Or donc, tandis que les frères Volfoni (Bernard Blier et Jean Lefèvre, en pleine forme eux aussi) semblent vouloir faire cavalier seul et initier une guerre d'indépendance (ils ont fait l'Indochine, quand même...), la jolie Particia file le parfait amour avec un fils de famille contestataire et compositeur (?) de musique (?) expérimentale, le bel Antoine (Claude Rich, tout aussi en forme que les précédents). Et l'Oncle Fernand, lui, tente de cacher à la jeune fille et à sa future belle-famille (Antoine est un jean-foutre, mais son père est quand même vice-président du Fonds Monétaire International) d'où proviennent les (importantes) ressources de la famille.

- T'as connu !?

Le reste est à l'avenant. Pas très moral. Pas moral du tout, même. Et alors ? De ça aussi, on s'en fout, que Diable ! C'est drôle. D'ailleurs, le Diable lui-même doit trouver ça drôle. Et ça finit bien. Tant mieux. Un p'tit coup de fouet en période de crise, ça ne fait pas de mal. Pas plus de mal que le tord-boyau qui réconcilie (plus ou moins) Fernand et les Volfoni sur souvenirs (pas plus moraux) d'Indochine.

- Et c'est devant chez elle que Lucien le Cheval s'est fait déssouder.

- Toute une époque !

- Toute une époque !



Commentaires

Bravo, Dame Lamberte, comme vous avez dit cela, avec ce qu'il faut de distance, mais aussi de cette douce proximité qu'on éprouve certains soirs, enroulé dans la couverture, devant le poêle qui ronronne, tout comme le chat, juste à côté, roulé en boule, qui doit rêver de musaraignes, d'oiseaux, de proies en tous genres.

Pas beaucoup de temps pour passer vous voir en ce moment, car, avec mes petits bras musclés et l'aide de quelques autres, je me suis lancé dans une aventure pas du tout gagnée d'avance, qui concerne tout autant les moniteurs d'auto-écoles que les 7 à 800.000 gamins qui passent chaque année le permis de conduire, souvent au prix de gros sacrifices, et qui, pour autant, sont les premières victimes de l'insécurité routière.

On en parle ici:

http://moniteurautoecole.over-blog.fr/

A très bientôt.

RH

Écrit par : Régis Hulot | 06/04/2010

Les commentaires sont fermés.