Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/04/2010

Cavaliers de l'Orage

Les Portes de la Perception


Riders on the storm

Comment me vient-il l'idée de parler ici de tel ou tel sujet ? Parce qu'il est d'actualité, quelquefois. Par hasard, d'autres fois. Parce qu'un film m'a fait penser que je devrais parler du bouquin qui l'a inspiré (Les Misérables, par exemple), parce que j'ai eu un coup de cafard, parce qu'une conversation réelle ou virtuelle a dérivé sur un sujet qui me tient à coeur. Si je parle des Doors, aujourd'hui, c'est parce que je viens de les évoquer dans mes souvenirs de désintox (Les Doors en désintox, comme par hasard...). Et si je commence ma note comme ça, c'est parce que je n'ai rien d'un critique musical. Encore moins d'un critique de rock. Je n'y connais rien en musique. Je peux seulement dire "j'aime" ou "je n'aime pas". Et j'aime les Doors.

There's a killer on the road

Peu m'importe, quand j'écoute sa musique, que Jim Morrison ait eu un destin tragique. Je ne suis pas de celles qui vont se recueillir au Père Lachaise. Des toxicomanes, j'en fréquente des vrais, et craindre pour eux me suffit. Les émotions fortes, ce n'est pas dans la vie du leader des Doors que je les trouve, mais dans sa musique. Elle me prend aux tripes. Elle me correspond. Et, confusément, sans savoir pourquoi, je sais qu'elle est bonne. Pas seulement belle (même si elle l'est, à mon goût) mais bonne. Riche. Intelligente. Noire. Intemporelle aussi : les admirateurs des Doors de ma connaissance sont plus proches de vingt ans que de quarante.

Let your children play

Ma fille devait avoir treize ou quatorze ans. Comme la plupart des ados, elle se faisait des compil' de musique sur cassettes. Chansons à la mode, classiques de variété, musiques de films aussi. Musiques de fims surtout. Dont Riders on the Storm, présente sur la BO de Basketball Diaries (dont j'ai déjà parlé sur ce blog). La grosse difficulté qu'elle rencontrait, c'était de placer cette chanson au milieu des autres. Elle choquait, elle n'était pas à sa place. Elle détonnait, comme un mont Everest au milieu des collines brabançonnes. Trop forte. Trop prenante. Trop bonne. Une seule solution : l'entourer d'autres chansons de même qualité. Autrement dit, d'autres chansons des Doors...

Riders on the storm

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.