Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/04/2010

La Reine de l'Oracle

"Tant qu'une fille issue de la lignée de Thelatimos la gouverne et défend, Skala ne court aucun risque de jamais se voir asservir."


Une prophétie, c'est banal dans un bouquin de Fantasy (c'est même banal ailleurs que dans des bouquins de fantasy. N'y en aurait-il pas une qui concernerait notre Royaume à nous, par hasard ?). Celle qui concerne Skala, Le Royaume de Tobin, écarte les hommes de la succession royale. ce qui n'empêche pas le prince Erius de se proclamer Roi, d'assassiner toutes les prétendantes au trône potentielles - sauf sa soeur bien-aimée, et de plonger le pays dans la guerre. Or, la Princesse met au monde des jumeaux, dont une fille... Comment la protéger, en attendant qu'elle revendique le trône et chasse l'Usurpateur ? En lui donnant par magie l'apparence d'un garçon. ce qui nécéssite, hélas, l'assassinat de son frère.

Lynn Flewelling n'a pas écrit, c'est le moins que l'on puisse dire, une saga à l'eau de rose. C'est plutôt le sang qui imprègne ses pages. Le sang sous le signe duquel est né(e) Tobin/Tamir et par lequel elle devra reconquérir son royaume. Saga épique, et pourtant intimiste, que l'histoire de cette princesse qui se croit prince, de cette fille dans un corps de garçon. Dans un corps de garçon, mais avec des pensées de fille, des attirances de fille. Parce que Tobin n'est pas homosexuelle... Et l'auteur n'évite pas les questions posées par l'ambiguïté du sexe, et de la sexualité, du personnage. Pas plus que celles concernant la condition des femmes que, et c'est le moins que l'on puisse dire, elle ne renvoit pas dans leurs foyers.

Magie, manipulation, réflexion sur le pouvoir et les sacrifices qu'il implique, amour, aussi, même si "pas à l'eau de rose", déchirements familiaux, on trouve tout ça dans cette saga à la fois dure et attachante. Des personnages truculents, touchants, troublants, des méchants intelligents, un fantôme hors du commun (celui de Frère, le nourrisson assassiné). Et, cerise sur le gâteau, des chats !

A propos, y a-t-il des chats au château de Laeken ?

Les commentaires sont fermés.