Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/05/2010

Bêtes à chagrin (2)

Peut-on pleurer pour un loup de fiction ?


Peut-on pleurer pour un loup de fiction ? Si je pose la question, c’est que, pour moi, la réponse est « oui », bien entendu. Mais je pleure facilement. Et je pleure plus facilement, quand je lis ou que je regarde un film, pour les bêtes que pour les gens. Même pour un très, très vieux loup.

Ce loup, c’est Œil-de-Nuit, l’animal de lien de FitzChevalerie Loinvoyant (FitzChivalry Farseer en anglais pour les courageux dont je ne fais pas partie), l’Assassin Royal de Robin Hobb. Jeune bâtard du prince héritier, doté de pouvoirs dont il se passerait bien, Fitz est élevé à la Cour pour devenir une sorte de James Bond médiéval dans un monde fantastique en guerre. Mal dans sa peau, mal dans son rôle, il n’aspire au fond qu’à devenir un Monsieur-tout-le-monde, à épouser la jolie et pauvre Molly et à vivre heureux en compagnie de son loup. Manque de bol, quand on est un bâtard de prince né sous la plume d’une romancière passablement sadique (et même pire…), ce que l’on désire n’arrive jamais… ou presque. Tant pis pour Fitz… et tant mieux pour nous.

Parce qu’en maltraitant son héros tout au long de 13 tomes (6 en anglais, mais encore une fois… oui, je sais, rien ne vaut la V.O.), Mrs. Hobb nous emmène à a découverte d’un monde à la fois rude est fascinant, et à la rencontre de personnages hors du commun, dont l’inoubliable Fou. Fou que l'auteur remet en scène dans une autre saga, Les Aventuriers de la Mer, dont je parlerai peut-être une autre fois.

13:45 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : fantasy, coup de coeur, hobb

Commentaires

Oeil-de-nuiiiiiiiiiiiiiit

Écrit par : Laegalad | 12/05/2010

Oui, pleurer. Vous n'imaginez pas ce que j'ai pleuré en lisant à mes enfants ce livre magnifique qu'est "La rencontre", une magnifique histoire de blaireau...

Bonne journée, Dame Lamberte...

PS Merci pour votre petit mot. J'ai pris un coup de sang. Vous me le pardonnerez.

Écrit par : Régis Hulot | 12/05/2010

Je n'ai pas à vous pardonner, Régis. Il n'y a rien à pardonner, bien au contraire.

Écrit par : lambertine | 13/05/2010

Les commentaires sont fermés.