Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/05/2010

Le bâtard et l'étrangère

Il était une fois en Chine...


Je n'ai jamais été attirée par la Chine. Je reconnais la grandeur de sa civilisation, et les délices de sa gastronomie, mais, malgré tout, je n'ai jamais été attirée par la Chine. Ce doit être une question d'architecture : je n'aime pas les pagodes. Je trouve ça moche. Et, en Chine (pas qu'en Chine, mais c'est de la Chine qu'il est question ici), les pagodes sont nombreuses. Enfin, même si je n'ai jamais été attirée par la Chine, j'en garde de très bons souvenirs (enfin, de Taïwan, mais Taïwan c'est quand même la Chine, même si ce n'est pas "la Chine"). Et ce manque d'intérêt (relatif, hein...) a l'avantage de me faire voir ce pays (réel) comme bien plus exotique que la majorité des mondes imaginaires. L'avantage, dis-je, parce que j'adore les histoires qui se passent dans des mondes imaginaires.

Est-ce pour ça que j'ai classé "L'Empire des Larmes" de José Frêche dans la catégorie "fantasy" ? Non. Pas du tout. Le roman est au contraire extrêmement bien documenté, sur le pays et son Histoire. Non. Le "fantasy", c'est pour l'histoire qu'il raconte, et qui reprend une kyrielle d'archétypes de la "fantasy classique". Nous avons un bâtard royal comme personnage principal (enfin, un bâtard impérial plutôt...), une jeune et jolie étrangère, un prince qui désire racheter ses fautes, une belle saltimbanque, une dynastie décadente, une guerre civile, un vieux sage, des religieux fous, un aventurier ambitieux etc... etc... Personnellement, j'aime ça. Donc, j'ai aimé ce livre. J'ai aimé suivre les amours impossibles (enfin, impossibles...) du fils caché de l'Empereur (et d'une princesse russe. Pourquoi diable toujours des princesses russes en Chine ?) et de la charmante Laura. J'ai aimé aussi les questionnements personnels et patriotiques du prince Tang, que est pour moi le personnage le plus attachant du livre (oui, j'ai parfois des goûts bizarres). Et cette Chine grouillante, malodorante, cultivée, prenante, dangereuse et meurtrie. Meurtrie par elle-même, meurtrie par la nature, et meurtrie par nous.

Deux bémols, cependant : la fin de certains des personnages (dont Tang...) est trop peu développée. Et les "prénoms" chinois. J'avoue avoir eu quelque peine avec les "Sérénité Accomplie" et autre "Bouquet de Poils Céleste". Comme j'avais eu du mal avec les Roi Subtil et Prince Vérité dans les romans de Robin Hobb. Bizarre pour une amatrice de contes de fées, non ?

 

 

 

14:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : livres, histoire, fantasy

Commentaires

Les Princesses Russes c'est super chic !! On peut en mettre de partout, ça apporte tout de suite du glamour et un subtil parfum de sauvagerie affleurant à la sophistication de la culture 0:) (Demande à Lilotte, je suis sure qu'elle est d'accord) (demande à James Bond, il sera d'accord aussi).
Bon, si y'a une princesse russe, je lis. Les ingrédients me plaisent déjà, et ça c'est la pointe de menthe qui relève le goût de la griotte.

Écrit par : Laegalad | 31/05/2010

Corto aussi, il est d'accord ;-P

Mais ce qui me donne envie de lire cette fois, Lamberte, c'est que c'est de la fantasy dans le monde réel! (Pis, c'est bien la Chine, pour une amatrice de contes de fées : c'est plein de légendes, de fées-renardes, d'immortels dans les nuages, de fantômes, de chevaliers intrépides, de saltimbanques, de brigands au grand cœur (ou pas), de moines errants et de méchants mandarins.)

Bisous.

Écrit par : Melilot | 31/05/2010

Les commentaires sont fermés.