Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/06/2010

Derrière les murs

dans quel état voulons-nous qu'ils sortent ?


Plongeon dans un autre univers. dans un univers plus étrange, plus déroutant, plus exotique que la Chine de Zhang Yimou ou la Terre du milieu de Tolkien. Un univers plus dangereux, plus cruel, plus injuste, que ces mondes en guerre. Un univers ni lointain, pourtant, ni malheureusement imaginaire mais réel, concret, et qui se situe en plein coeur de nos villes. Qui a pour nom Forest, verviers, Namur ou Gand. celui de Mes Prisons de Boris Dumont.

L'auteur ne nie ni ne minimise le crime qu'il a commis. Il ne prétend pas être un enfant de choeur. Il ne prétend pas que les dix années passées derrière les barreaux, il ne les a pas méritées. Il ne se cherche aucune circonstance atténuante. là n'est pas la question. Il dérit simplement, brut de décoffrage, ce qui se passe derrière les murs. Et qui, contrairement à certaines idés trop répandues, ne ressemble ne rien au "Club Med'".

Par delà la violence, les humiliations, et l'ennui omniprésent, deux choses frappent dans ces Prisons qui sont les nôtres. La première, c'est la crasse : la prison, c'est dégueulasse, et ça pue. La deuxième, c'est la came. L'interdite, que l'on y trouve plus facilement (mais en la payant plus cher) quà la Cité administrative de Liège, et l'officielle, celle qu'infirmiers et médecins distribuent gratuitement, sans compter. Sans rire, j'ai trouvé plus de came dans Mes Prisons que dans Basketball Diaries, c'est dire !

En refermant ce livre, on se dit (enfin, je me suis dit) que tout cela était absurde. Que nous dansions sur notre tête. Que cautionner un tel système, qu'accepter que des êtres humains soient traités de la sorte, c'était nous ravaler au rang des pires d'entre eux. parce que la souffrance y est voulue, programmée, et pas collatérale.

Et que nous sommes d'une bêtise crasse.

Parce que des gens qui pendant des mois, ou des années, ont été traités comme des bêtes, comme moins que des bêtes, risquent fort d'en être devenues pour de bon, des bêtes, quand ils sortiront.

Des bêtes féroces.

Et ils sortiront presque tous un jour.

Alors, que faire ?

J'y reviendrai...

 

Les commentaires sont fermés.