Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2010

Les Trois Miracles de Jérémy - Part 12

Aurore. Part 5


Je bois une gorgée de tonic, plus pour me donner une contenance que parce que j’ai vraiment soif. Je n’ai jamais eu de rapports humains avec un membre du système judiciaire. Seulement des rapports de justiciable. De justiciable délinquant. Le procureur de Maupin n’est pas stupide, bien au contraire. Il perçoit mon malaise et, je crois même, le comprend. Je reste désarmé devant la gentillesse inattendue de cet homme dont tout me sépare. Une gentillesse qui, plutôt que de m’apaiser, fait monter en moi un terrible, irrépressible chagrin. Je tente en vain de refouler mes larmes, de maîtriser mes sanglots. Je voudrais rentrer cent pieds sous terre, cacher ma vulnérabilité. Je voudrais…

- Tout va s'arranger, Jérémy. Je te le promets. Tout va s'arranger.

Il peut bien me promettre tout ce qu’il veut, je sais bien, trop bien, que rien ne s’arrangera. Rien. Et jamais, jamais, de toute ma vie, je n’ai regretté autant qu’aujourd’hui de n’avoir pas de père.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

- Elle est furieuse. Elle m'en veut à mort.

- Tu t'attendais à quoi ? A des remerciements ?

- Oui. Ou peut-être pas.Mais pas à un tel déferlement de rage. Elle a voulu déchirer les contrats, en m'accusant de l'avoir trahie. Je ne l'ai pas trahie. J'ai juste voulu l'aider.

Elisabeth pose une main qu'elle veut réconfortante sur mon épaule. J'ai envie de me débarrasser d'elle. Mais on ne se débarrasse pas si facilement d'un ange. Même en étant particulièrement désagréable.

- Ma mission, Jérémy, est de m'occuper de toi. Et ta mission à toi, de t'occuper d'Aurore. Elle est furieuse, il est vrai. Pour l'instant. Ca lui passera. Et tu pourras terminer ton travail.

Terminer mon travail ? Je tombe des nues. Ne consistait-il pas à faire publier les écrits d'Aurore ? A transformer la vieille fille solitaire en écrivain à succès ?

- Il consistait, et il consiste toujours, à lui permettre de vivre, et de vivre heureuse. Tu en as accompli une grande part, mais il n'est pas terminé. Pas encore.

.......................................................................................................................................

- Jérémy ?

Elle s'assied à côté de moi. Sur le banc, au fond du jardin. Timide. Engoncée dans ses sentiments. Dans ses remords.

- Je te demande pardon.

Et moi, comme un imbécile :

- Je n'ai pas montré tes écrits à Gonzague.

 

Les commentaires sont fermés.