Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/08/2010

Pardonnez-leur...

... ils ne savent pas ce qu'ils font (paraît-il...).


A la "une" du "Figaro" de Jeudi :

«On meurt plus facilement de faim en août qu'en hiver»

Je n'en suis pas étonnée. J'ai failli vivre dans la rue. Je connais des gens qui l'ont fait. La misère, l'été, est presqu'invisible, alors que l'hiver, elle se voit, elle interpelle. Le clochard qui meurt de froid, difficile de ne pas lui venir en aide, même de façon indirecte. Le clochard qui meurt de soif (je ne parle pas ici de bière, mais d'eau), personne ne le voit, ou presque. Les benévoles sont en vacances. Les assistants sociaux ont pris leurs congés. "J'ai peur de l'été dans la rue", m'a dit un jour un jeune marginal. Je comprends pourquoi. Trop bien, hélas.

Je ne critiquerai pas ici l'article du "Figaro", plutôt bien documenté. Par contre, les réactions des internautes (oui, je sais, je suis maso de lire les réactions les lecteurs du "Figaro") sont à vomir. Egoïstes. Méprisantes. Reprenant les clichés les plus éculés (ah, le coup du type qui se rend en BMW aux Banques alimentaires ! J'en connais, des gens qui se rendent en Mercédès aux Banques alimentaires. Dans la voiture de ma tante, qui les y conduit.). Pas étonnantes, finalement, de la part d'électeurs de la droite "décomplexée". Décomplexée ? Fière de son racisme, de son égoïsme, de sa méchanceté. Jalouse de la misère.

"Ils ne savent pas ce qu'ils disent" commente une femme isolée. Je suis moins optimiste qu'elle. Bien moins optimiste.

Ils savent très bien ce qu'ils disent.

13:35 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coup de gueule

Les commentaires sont fermés.