Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/08/2010

Les Trois Miracles de Jérémy - Part 14

Le Procureur. Part 1.


Je déteste les hôpitaux depuis ma plus tendre enfance. Et j’ai peur des piqûres. Bizarre pour un junky, non ? Mais suis-je vraiment à l’hôpital ? Plutôt entre deux mondes, comme la première fois. Comme le jour où…

- Qu’est-ce que je fais-là, Elisabeth ? Que m’est-il arrivé, encore ?

Sa tenue d’infirmière est de circonstance.

- Tu es malade. Plus que malade, même. Tu sais ce qui t’attends.

- Je croyais avoir une dernière mission à accomplir, avant.

- Je n’ai pas dit que c’était pour tout de suite. Mais c’est un signe. Le signe que ton temps est compté. Ton cœur va redémarrer. Mais il ne battra plus très longtemps.

- Combien de temps ? Et que puis-je faire, depuis un lit d’hôpital ?

- Je ne sais pas. Quelques semaines. Quelques mois, tout au plus. Quant à ce que tu peux faire… Poser une question, quand tu te réveilleras. Tu sais laquelle.

- Ils n’accepteront jamais. Je suis toxicomane.

- Ils accepteront. Mais tu dois prendre tes dispositions pour ça.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Mal… Froid…

Froid…

Les hôpitaux ont tous la même odeur, mais je la perçois à peine, empêché par les tuyaux qui acheminent l’oxygène vers mon corps malade. Je sens la présence d’Elisabeth à mon chevet. Et aussi… c’est impossible… une main tient la mienne. Celle de qui, et pourquoi ? Je n’en sais rien. Mais j’ai confiance, et je m’y raccroche, désespérément.

Froid…

Mal… Noir…

Si mal…

La main est toujours là. Je n’ai pas la force d’ouvrir les yeux. Je ne comprends pas les mots que me dit la voix. Une voix d’homme, rassurante. Qui m’enveloppe, et me rattache au monde des vivants.

J’ai mal.

Je ne veux pas mourir.

Je…

J’ai froid… froid… Ils s’affolent autour de moi. Je ne veux pas qu’ils m’emmènent. Je ne veux pas lacher la main… la main… la main…

Pardon.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

- Jérémy ?

- Papa…

C’et idiot. Je n’ai pas de père. Je n’ai jamais eu de père.

- Ca va aller, mon garçon. Le pire est passé. Ne t’en fais pas.

- Monsieur de Maupin ?

Monsieur de Maupin ?

- Eugénie ? Eugénie ?

- Calme-toi, Jérémy. Calme-toi. Elle viendra ce soir, après les cours.

Ce soir.. après… que ???

- Je suis ici depuis longtemps ?

- Un peu plus de douze heures. Tu nous as fait peur, tu sais.

- Je vous demande pardon.

- Ce n’est pas ta faute.

- Vous êtes là… vous êtes auprès de moi depuis… depuis douze heures ?

Je ne parviens pas à y croire. Le procureur de Maupin me connaît à peine. Il devrait m’en vouloir à mort d’aimer sa fille, et au lieu de ça, il se comporte avec moi comme… comme…

- Jérémy ! Ne pleure pas, mon garçon. Ca va aller, maintenant.

- Ce n’est pas ça. C’est… Pourquoi êtes-vous resté auprès de moi ?

- Parce que j’en avais envie, je crois. Parce que tu en avais besoin. Parce qu’il n’y avait personne d’autre pour le faire. Eugénie ne sait pas encore. Elle me croit parti d’urgence en province. Je ne voulais rien lui dire, avant de savoir si tu allais vivre ou mourir.

- Je vais mourir, Monsieur.

- Ne dis pas de bêtises. Tu es passé tout près, mais tu vas mieux, à présent.

Commentaires

Aaah! Je viens de réaliser. Eugénie, c'est Mademoiselle de Maupin. Tssss, Dame Lamberte ... :-)

Écrit par : Melilot | 17/08/2010

Les commentaires sont fermés.