Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/08/2010

Hommage à Jeannot

Juste un hommage à un homme de bien, repris du forum du Figaro


Salut Jeannot, tes potos ont la bouche ouverte et le souffle coupé depuis deux jours. D'habitude quand on prononçait ton surnom on pensait tous à ta gentillesse. En "Saint-Laurentien", "Jeannot" signifiera désormais, "homme bon" ou "juste", ou "courageux", ou "droit", ou "noble" ou plutôt tout ceci à la fois. On a tous l'air bien bêtes maintenant. On en arrive même à se demander si on était vraiment digne de ton amitié. Mais personnellement, tant que je ne t'aurais pas vu remonter à la surface, je pourrais pas lâcher une larme, pas la force. Pas possible. Comme tu nous laisse un grand vide et qu'on a toujours pas retrouvé ta dépouille je t'écris sur ce support pas pire qu'un autre...c'est quand même difficile de réaliser...Pas moyen de prendre un verre peinard comme d'habitude sans qu'une agitée du bocal ne se jette à la baille et toi ben...toi qui te faisait volontiers passer pour misanthrope, sans avoir jamais fait illusion, comme le vieux garçon râleur et indépendant, (et pourtant séduisant) qui n'avait besoin de personne...toi qui raillait à tour de gueule tous les empêcheurs de boire un coup en rond, tous les bobos du quartiers, les "vrais" et les "faux ritals", les bazanés, les blancs, les verts, les jaunes, les oranges, les "babas", les "ginos" les "agités du ballon"... et de façon plus générale tous les déglingués de la cafetière, il a fallu que tu te jettes à l'eau ni une, ni deux! Bien sûr ça n'étonne personne, et ça n'étonne pas plus que tu sois resté dans le bain, mais c'est insupportable! Je repense à tous les petits coups de mains que tu m'as donné, tes lunettes d'aviateur, ta bécanne, la mienne que tu as éssayé de réparer, les pâtes à l'ail que j'ai éssayé de te faire un jour, les Braccioles de ta Mama... Les Ray-ban que tu m'as donné et que je porte en ce moment même...Même quand tu savais pas faire un truc fallait que t'essaie! Pour les copains! Jusqu'à ce que ça marche ou que t'ais trouvé quelqu'un pour le faire. Plus dispo que toi, pour les autres, connais pas! Je n'arrête plus de me demander ce que j'aurais fait à ta place, on le connait bien ce quartier, toi tu y est né, et tu y a passé ta vie, on sait que l'Isère est facétieuse et on sait aussi qu'on ne devrait jamais réfléchir dans l'urgence, pour ou contre la volonté de quelqu'un, c'est un réflexe naturel et on devrait tous avoir le plus grand respect pour ça. Tu buvais un coup là comme d'hab, sous la statue du "lion et du serpent", allégorie de la rencontre du Drac et de l'Isère, le "Lion-Drac" puissant et fort, et le "Serpent-Isère", sinueux et tourmenté! Il y a tellement de lâches parmi nous...C'est réfléchir qui rend lâche, et pendant qu'on se balance entre l'instinct de survie et le réflexe de porter secours, un "Jeannot" se jette à l'eau, un Jeannot est en train de se battre contre le serpent pour lui faire recracher sa proie. Le serpent a recraché tout le monde, toi, il t'a avalé! Pourquoi?? Les copains "Arbis" du quartier disent que c'est Mektoub! Sûrement, on ne peut pas en vouloir à cette "pauvre fille". Mais pour répondre aux "partisants" du suicide comme droit je dirais seulement ceci: oui un homme doit pouvoir mettre fin a ses jours s'il lui semble que c'est la seule solution pour lui. Mais si cette jeune femme comptait réellement se suicider, elle ne l'aurait pas fait à l'heure de l'apéro, devant une terrasse bondée, sachant qu'il y aurait forcément parmi eux un "Jeannot" pour la secourir. Je n'en crois rien! Elle aurait choisi, comme la plus part des vrais suicidés le calme silencieux d'une chambre, une falaise ou un train...bref une heure et des circonstances on l'on sait que le rdv ne sera pas manqué et où l'en emportera que soi dans la destruction. C'est mon idée. C'est là que j'ai un peu de mal à avaler ma salive sans ressentir une amertume persistante. Oui, en finir est un droit, pas s'il doit entraîner mon pote au fond des flots! Parcequ'il voulait vivre mon pote! Hein mon Jeannot t'aime ça toi vivre? Mourir ça devait pas être ton truc, même si tu prétendais t'en foutre. Tu devais partir en vacances le 31...toi, des vacances! Pour une fois...T'es peut-être allé un peu loin! On croit pas à grand-chose, toi et moi, mais j'espère au moins que "là-haut-fond", t'as pu retrouver ta maman. Et puis ce qui serait bien maintenant c'est que tu remontes! Pour ton frère, ta soeur, tes cousins, pour tes copains...Qu'on puisse chialer en paix. Allez le serpent, recraches notre ami, notre frèrot! Merci pour la leçon Jean. Je te promet qu'on essaiera d'être tous un peu plus "Jeannot" désormais. P.C.

15:36 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suicide

Les commentaires sont fermés.