Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/08/2010

Les Trois Miracles de Jérémy - Part 18

Nathanaël. Part 3.


Le barrage se rompt.

Il se met à parler.

- Je suis un salaud n’est-ce pas, d’être jaloux d’une enfant malade ? Jaloux, oui. Depuis, quoi, treize ans ? Depuis que les médecins ont diagnostiqué… qu’on sait… qu’elle n’est plus une enfant comme les autres. Depuis que mes parents ont oublié mon existence. Que ne comptent plus pour eux que les désirs de Gabrielle. Que les souffrances de Gabrielle. Que les besoins de Gabrielle. Que Gabrielle. Depuis que je ne suis plus… que rien. C’est dégueulasse, hein, d’être jaloux de ma sœur, alors que ma sœur est mourante ?

- J’ai dit ça ?

- Non. Mais tu l’as pensé. Je suis sûr que tu l’as pensé. Tout le monde le pense. Et Tu as raison : c’est dégueulasse. Gabrielle a passé presque toute sa vie à l’hôpital. Elle n’a jamais pu aller à l’école comme tout le monde. Avoir des amis comme tout le monde. Faire du sport comme tout le monde. Moi, si. J’ai tout eu. Et je l’envie, pourtant. J’en suis jaloux. A en crever.

- Au sens propre.

- Qu’est-ce que tu dis ?

- A en crever, au sens propre. Tu bois à t’en rendre malade, tu te bagarres, tu te retrouves en garde à vue, tout ça pour attirer l’attention de tes parents. Je ne crois même pas que tu le fais exprès. Mais tu le fais. Parce que tu es malheureux. Tu crois que je te juges Mais c’est toi qui te juges.

- Tu racontes n’importe quoi.

Je ne le crois pas. Tu es jaloux de ta sœur, mais tu en as honte, parce que tu l’aimes, ta sœur. Et tu ferais n’importe quoi pour elle. Mais tu ferais n’importe quoi aussi pour une fois une seule fois, être plus important qu’elle aux yeux de tes parents. N’importe quoi, même mourir.

- Je voulais lui donner un des mes reins, même si je devais y rester. Mais nous ne sommes pas compatibles. Personne ne l’est. Elle ne supporte plus les dialyses, Jérémy. Elle va mourir dans les semaines qui viennent.

Je laisse tomber le livre que je tenais entre mes mains. Je tombe, assis sur mon lit, au bord de la défaillance.

………………………………………………………………………………………………….

- Alors, c’est ça ?

- Guérir le frère, en sauvant la sœur ? C’est à peu près ça oui.

- Quand ?

- Dans peu de temps.

- Et vous êtes certaine que ça fonctionnera ?

- Oui, Jérémy.

- Ca fait bizarre, d’être considéré comme une réserve de pièces détachées.

- D’une seule. Rarissime.

Il me vient une question saugrenue. Vraiment saugrenue.

- Je pourrai assister au mariage ?

- Dieu seul le sait, mon garçon.

………………………………………………………………………………………………….

- Pourquoi t’accroches-tu à moi comme ça ?

- Je ne sais pas. Parce que je t’aime je suppose ?

Les commentaires sont fermés.