Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/09/2010

Relaxe...

Il s'appelle Vamara Kamagate


Il est noir. Il est alcoolique. Il est SDF. Et il n'est pas toujours sympa. Il s'est retrouvé en prison, un jour maudit de 2008, parce qu'une jeune étudiante de "bonne famille" avait dénoncé un viol imaginaire. Parce que son petit ami policier la délaissait. Parce qu'elle aurait été agressée quelques années auparavant. Parce qu'être une victime, dans la tête de certaines personne, est un statut avantageux . On est gentil avec les victimes. On les entoure. On fait attention à elles. Du moins, en théorie...

Cette jeune fille, sous le poids du remords d'avoir envoyé en prison un innocent, est revenue sur ses déclarations. par extraordinaire, on l'a crue, encore une fois. La condamnation de son prétendu agresseur a été levée, et, lui, relaxé. Fin de l'histoire, pour l'instant.

Et je me pose la question : à la place des policiers qui ont reçu la plainte de la jeune fille, à la place des juge qui ont condamné son agresseur présumé, comment aurais-je réagi ? Comment juger, quand il n'y a pas de preuve (la plaignante a porté plainte une quinzaine de jours après l'agression imaginaire) ? Quand c'est "parole contre parole" comme dans bien des cas de crimes et délits sexuels ? Comment enquêter "à charge et à décharge" sans traumatiser plus encore une victime réelle ? Ne pas prendre les paroles de la plaignante pour argent comptant peut être perçu comme un manque d'humanité. Leur accorder valeur de preuve, c'est risquer d'envoyer en prison - comme pointeur ! - quelqu'un qui n'a rien fait.

Je n'ai pas de solution à ce problème. Je ne voudrais pas être à la place de ces policiers, de ces juges. Je sais malheureusement à quel point une agression sexuelle peut causer des dégâts. Mais aussi, que bien des innocents sont en prison pour rien.

Alors...

 

http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/09/07/Vamara-Kamagate-relax%C3%A9

13:42 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : viol, victimes

Les commentaires sont fermés.