Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/10/2010

Avatar en Equateur

C'est leur pétrole, oui ou non ?


La communauté Kichwa de Sarayaku (Equateur) "refuse de voir ses territoires ancestraux livrés à l’exploitation des compagnies pétrolières, ses droits et ses traditions foulés aux pieds." Ils mènent dans le but de "sanctuariser" leur forêt un combat pacifique et symbolique, etourant leur territoire d'une frontière de fleurs. Je leur souhaite bonne chance, sans être ironique du toit, quoique je ne croie pas plus en leur victoire qu'en celle de Kerviel en appel (oui, je sais, mauvais exemple : Kerviel était un jeune loup aux dents longues, pas un shaman pacifiste).

Je ne leur souhaite pas bonne chance parce que je suis écolo. Je ne leur souhaite pas bonne chance parce qu'ils sont indiens. Je ne leur souhaite pas bonne chance non plus parce qu'ils s'attaquent à (ou plutôt se défendent contre) des multinationales. Je leur souhaite bonne chance parce que, jusqu'à nouvel ordre, ils sont chez eux, qu'il s'agit de leurs terres et qu'ils ont le droit d'en faire ce qu'ils veulent. Y compris de ne pas les exploiter. Ils ont le droit de ne pas vouloir voir leur culture disparaître et leur région ressembler au delta du Niger. Ils ont le droit de ne pas voirs leurs rivières, leurs forêts, leurs champs salopés pour le profit essentiel d'actionnaires qui ne mettront jamais les pieds chez eux. Ils ont le droit de ne pas vouloir devenir riches.

Ils ont le droit de ne pas faire confiance aux multinationales.

Je ne prétends pas que je ferais comme eux, à leur place. Il y aurait de grandes chances pour que je prenne le fric. Ou, si j'étais plus idéaliste, pour que je prenne les armes.

Ils préfèrent se battre avec des fleurs.

Qu'Eywa les garde...

Commentaires

Ils en ont tout de même, des chances, Dame Lamberte :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/09/30/l-equateur-renonce-a-son-petrole-amazonien_1395155_3244.html

(Ça se passe en Équateur, pas dans le delta du Niger ...)

Tu touches du doigt le paradoxe d'un système qui prétend placer au-dessus de tout le respect de la propriété privée, mais n'hésite pas à virer à coups de bottes les sauvages, les primitifs, les bouseux et les gueux dès qu'il y sentent l'odeur du profit sur leurs terres. C'est vrai pour les Kichwas du fond de la jungle. C'est vrai aussi pour le péquenot de chez nous, si quelqu'un de haut placé décide de bâtir un grand centre commercial sur l'emplacement de sa petite maison.

Écrit par : Melilot | 09/10/2010

Tiens, bizarre... Je viens de voir (la semaine dernière) un bloc de maisons entouré d'un "ruban"... parce que ce "bloc" doit être transformé en un immeuble moderne. Mais, paraît-il, quelques propriétaires refusent de vendre, même si leurs maisons sont déclarées insalubres...
Ca se passe à Verviers, pas en Equateur...

Écrit par : lambertine | 30/03/2012

Les commentaires sont fermés.