Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/03/2011

Aragorn sous l'Argonath. Part 9

Part 9


Et je continuais ma lecture. Je lisais, je lisais, et je lisais encore. Alain avait quitté la chambre. Pour fumer, soi-disant. Plus vraisemblablement, parce qu'il ne supportait pas ce que je faisais. Parce qu'il ne supportait pas d'entendre par ma voix les aventures de Frodon et de ses compagons. Sas doute avait-il raison. Sas doute étais-je stupide. Sans doute me raccrochais-je à un espoir idiot, un espoir qui e pourrait qu'être déçu, un jour ou l'autre. Et pourtant, je lisais, je lisais, et je lisais encore.

Soudain, le grand arc de la Lorien chanta. La fleche partit, stridente, de la corde elfique. Frodon leva les yeux. Presque au-dessus de lui, la forme ailée fit une embardée. Il y eut un croassement rauque tandis que dans sa chute elle s'evanouissait au sein de l'obscurite sur la rive orientale.

Je lisais, et la mère d'Henri, j'en étais certaine, buvait mes paroles. Elle n'était plus dans la chambre aseptisée d'un hôpital liégeois. Elle était avec moi, loin, très loin, dans un pays aux portes de la guerre, sur un fleuve puissant qui emportait de frêles esquifs vers... vers où ? Vers la liberté ? Vers la mort ? Vers le danger, certainement, danger de la nature, danger des hommes, et des forces du mal. Peut-être aussi... vers autre chose. Je ne voyais plus le temps passer. J'étais ailleurs, tremblant, vibrant, m'émerveillant. Jusqu'à ce que...

Le Rôdeur usé par les intempéries n'etait plus là. A la poupe, était assis Aragorn fils d'Arathorn, fier et droit, qui menait le bateau à coups habiles; son capuchon etait rejeté en arrière, et ses cheveux noirs flottaient au vent; une lumière brillait dans ses yeux: un roi rentrait d'exil dans son pays.

- Henri !

Le cri, déchirant, avait empli la chambre. J'avais laissé tombé le livre, et lâché la main de Vincent pour me précipiter vers la mère éplorée. Et là, das le lit médicalisé, le jeune homme nous avait fixé d'un air étonné et serein, avat de refermer lentement les yeux.

Les commentaires sont fermés.