Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/04/2011

Joyeuses Pâques - bis

L'Eglise est-elle une citadelle assiégée ?


 

Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. (évangile selon saint Matthieu 25, 35-36).

Peut-être ai-je un peu trop fréquenté la cathosphère, ces dernier temps. Peut-être ai-je un peu trop écouté dans la vraie vie les plaintes des croyants se vivant comme des martyrs. Martyrs, vraiment ? Je ne nie pas que, dans certaines régions du monde, les chrétiens sont persécutés à cause de leur Foi. Mais, soyons sérieux, pas chez nous. Où alors, je ne sais plus ce que le mot persécution veut dire. Que les religions en général et la catholique en particulier soient attaquées, oui, par contre, c'est vrai. Encore que ces attaques soient souvent plus ironiques qu'autre chose. Mais elles existent. Et on peut se demander pourquoi. Et comment réagir.

Pourquoi ? Je crois que c'est avant tout parce que nous sommes les héritiers du passé, et essentiellement d'un passé récent. L'Eglise qui est présente dans la "mémoire collective" de nos contemporains n'est pas vraiment celle des catacombes, ou des bâtisseurs de cathédrales, mais celle, souvent compassée, hypocrite, des dames patronesses et des curés moralisateurs. Eglise bourgeoise et garante de l'ordre sexuel et social. Qu'on le veuille ou non, malgré Rerum Novarum, malgré l'importence de personnalités comme Albert de Mun ou Frédéric Ozanam, malgré l'Evangile lui-même, l'Eglise au quotidien est restée bien trop confite dans la morale sexuelle, la bienséance et le respect de la hiérarchie et de l'argent. Aujourd'hui encore, je suis effarée par les bonnes consciences qui ne voient pas l'opposition intrinsèque entre le fait d'être chrétien, réellement chrétien, et ceux de défendre l'ultralibéralisme, de s'opposer à l'accueil des sans-papiers ou de jubiler face à l'état déplorable des prisons. Je suis effarée par les bonnes consciences qui s'opposent à l'avortement et jettent la pierre à la mère célibataire. Je suis effarée par les bonnes consciences qui chantent des cantiques à la gloire de Dieu et trouvent que l'homosexuel atteint du Sida, ben, c'est triste, mais il l'a bien cherché. Je suis effarée par toutes ces bonnes consciences qui prônent le "carême de partage" en fustigeant les chômeurs "assistés" et les lois sociales qui leur permettent de ne pas mourir de faim.

Et je me dis, face à tous ceux qui se plaisent à pleurnicher sur le mépris que l'Eglise suscite trop souvent, que c'est aux Chrétiens (j'allais dire "à nous en tant que Chrétiens", mais j'ai du mal à me dire encore Chrétienne. Je ne suis pas assez bonne pour ça) à changer celà. Pas en "se battant", pas en râlant, pas en pleurnichant, pas en détruisant des distributeurs de préservatifs ou des photos jugées blasphématoires, pas en chantant "Catholique et Français toujours" en compagnie de nervis du Front National, pas en récitant le chapelet devant les Centres de Planning familial. Mais en visitant les malades. En nourrissant les affamés. En réconfortant les prisonniers. En accueillant les étrangers. En ne jugeant pas les pécheurs. En tentant de suivre, vaille que vaille, la trace de Soeur Emmanuelle, de l'Abbé Pierre, de Mère Teresa, de Mgr Romero, de Dom Helder Camara, de Frédéric Ozanam, de Saint Vincent de Paul, et de Jésus lui-même.

Commentaires

Ah ben zut alors, c'est précisément cet extrait des Évangiles qu'on avait choisi, avec le curé, pour la lecture aux obsèques de Belle-Maman...
Elle qui n'a jamais aimé mes hobbies bizarres, mes fréquentations discutables devenues un peu celles de son fils, sans parler de mes goûts vestimentaires farfelus, et j'en passe, mais qui ne m'a pas pour autant fermé sa porte ni son coeur.
Ça fait bizarre de revoir ces phrases ici, si peu de temps après les avoir entendues dans l'église.

Lambertine, euh... je t'aime.

Écrit par : Oph | 28/04/2011

Mais la sphère catholique n'est pas homogène ! Il existe des "cathos de gauche" anti libéraux et très ouverts au "social", des "cathos de droite" qui plébiscitent toutes les valeurs "traditionnelles" (sans être forcément d'extrême droite) , des cathos très fervents mais peu en phase avec l'Eglise, le Vatican, etc, et des cathos purs et durs très réacs. Vous avez aussi le catho "baba cool écolo"..
On retrouve des chrétiens et des cathos pratiquants dans tous les milieux et dans toutes les inclinations politiques.
Et parfois c'est encore plus compliqué : on peut être effaré par les illuminés qui récitent des chapelets devant les centres d'IVG et trouver que le système économique libéral n'est pas le plus mauvais des systèmes; on peut être pour accueillir toute la misère du monde mais trouver qu'il faut rester vierge jusqu'au mariage et ensuite n"adopter que la "contraception naturelle"...
Mais je trouve qu'on attaque trop souvent l'Eglise sur ses positions en matière de "morale" (sexuelle, euthanasie etc) alors qu'il y aurait beaucoup de reproches à lui faire dans d'autres domaines.

Écrit par : thalyssette | 05/05/2011

Merci, Oph !
Et qu'elle repose en paix.

Écrit par : lambertine | 21/05/2011

Les commentaires sont fermés.