Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/05/2011

Tous les coups sont permis

J'ai horreur des "arguments de moralité" en justice.


Je les situe plus ou moins entre le "délit de sale gueule" et la "justice de classe". Un tribunal est là pour juger si X est coupable de crime ou de délit, éventuellement au détriment (pour ne pas dire pire) de Y. Pour juger de faits précis, commis dans des circonstances précises. Pas pour juger la vie passée de X et de Y. Parce que la vie passée de X ou de Y, de l'accusé et du plaignant, ne devrait pas préjuger de la culpabilité d'un homme. Ou de la crédibilité d'une victime. Le pire des salauds peut être parfaitement innocent d'un crime (ça ne le rendra pas moins salaud pour autant). Le plus honorable des hommes peut en être coupable. La plus débauchée des prostituées peut être victime, comme le moins crédible des toxicomanes. Les arguments de "moralité" sont, en justice, la voie royale vers le déni de justice ou l'erreur judiciaire.

Je parle évidemment de ces pseudo-arguments suite à l' "Affaire Strauss-Kahn", et au fait qu'à présent, les fauves, ou plus précisément les détectives à la solde des avocats de la défense, sont lâchés. Pas seulement pour tenter de disculper l'accusé, ce que je trouverais normal si tous les accusés, quel que soit leur niveau de fortune, y avaient accès. Mais pour tenter de salir la plaignante, tenter de lui trouver des "casseroles". Or, des casseroles, tout le monde en traîne. Et certains, malheureusement, plus que d'autres. Ce n'est pas pour autant qu'ils ne sont pas victimes. Ou qu'ils sont coupables. Cette façon d'agir, de plaider, je la trouve répugnante, même si elle est humaine.

Oui, humaine. Parce que les jurys sont composés d'hommes et de femmes qui ne réagissent pas qu'avec leur tête, mais aussi avec leurs tripes, leur coeur, et leur mentalité. Et je sais que si demain, mon copain "Célestin" est traîné devant un tribunal, ou attaque quelqu'un en justice, voire même est cité comme témoin, il n'aura à peu près (et je suis optimiste) aucune chance d'être cru par le jury, avec son passé de toxicomane sans-abri, ses dettes colossales (pour quelqu'un de son âge) et son casier judiciaire. Surtout s'il se retrouve face à des ténors du barreau qui ne mettront pas dix secondes à détruire sa crédibilité grâce à des arguments de "moralité". Or, il risque beaucoup plus que "Mr-tout-le-monde" d'être victime, ou accusé à tort. Mais je comprends que les avocats jouent sur ce "manque de crédibilité", ou tentent de saper la crédibilité de l'adversaire. Parce qu'en justice, tous les coups sont permis. Même si (ou parce que) la "partie" a pour enjeu la vie, la liberté, la dignité d'êtres humains.

Et j'ai envie de dire : peu importe qu'Ophélia soit honnête, bosseuse et discrète. Serait-elle la dernière des dernières, elle devrait être écoutée de la même façon que si elle était une sainte. Exactement de la même façon. Parce que le problème n'est pas sa personnalité, ni même sa soi-disant crédibilité. C'est trop facile à détruire, une crédibilité.

 

 

Commentaires

Chère Lambertine, je retrouve votre blog, après vous avoir croisée deux ou trois fois en d'autres lieux, et je suis jalouse, très jalouse ! Vous dites bien mieux que moi mon sentiment sur l'affaire... et sur les symptomes du mal qu'elle révèle. Vous me prêtez votre talent, dites ?

Écrit par : Blandine/sophie | 27/05/2011

Merci, Sophie (j'ai encore du mal à vous appeler Blandine). Je suis souvent très dure, mais les "arguments de moralité", ça ne passe pas. Sans doute grâce à Célestin.

Écrit par : lambertine | 31/05/2011

Les commentaires sont fermés.