Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/10/2011

En regardant le mur de la prison d'en face...

... j'entends tous les ragots.

(parce qu'est ce qu'il en court, des ragots, sur les personnes incarcérées et leur entourage...)


... et les bruits des autos.

Même si elle n'est pas Boulevard Arago, la prison. Juste Chaussée de Heusy. A Verviers, pas  à Paris.
Et elle va fermer, elle est en train de fermer, la prison "d'en face". Qui avait comme principale qualité, comme principale raison d'être, d'être "en face", justement. De laisser les prisonniers dans leur ville, dans leur région, auprès de leur famille. Qui avait comme autre qualité d'être à taille humaine, d'être surveillée par des personnes de qualité, auxquelles je tire mon chapeau, même si elles ont, comme tout le monde, commis des erreurs.


J'avais un ami proche, dans la prison d'en face. Il se trouve aujourd'hui à Saint-Gilles, dans cette énorme usine à délinquance. Je n'ai pas envie de dire qu'il est un enfant de choeur. Juste un enfant perdu. Mais qu'il n'a pas sa place... là.
Elle avait sa raison d'être, la prison d'en face. Comme les hôpitaux, les écoles, tous les "services" et les administrations de proximité. Parce que sa situation était le meilleur moyen de réinsertion des prisonniers. Parce que, si on les enferme loin de chez eux, ils risqueront encore plus que jamais de ressortir remplis de haine. Et complètement paumés.
Je n'aurais jamais cru qu'un jour, j'aurais pleuré la fermeture d'un établissement pénitentiaire.
Et pourtant...

En regardant le mur
De la prison d'en face,
Le coeur un peu serré
D'être du bon côté,
Du côté des autos,
Je passe

Et parfois, et souvent, je rentre.

Enfin, je rentrais...

Commentaires

Juste pour te dire mon passage, ma lecture, ma révolte et mon soutien

Écrit par : Psyblog | 16/11/2011

Merci.

Écrit par : lambertine | 16/11/2011

Les commentaires sont fermés.