Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/11/2011

Hors castes

Le voyou et le tétraplégique


J'ai été voir Intouchables pour faire plaisir à ma mère. J'ai reçu ce film comme une bouffée d'air frais. Parce qu'il m'a fait rire. Parce qu'il m'a touchée. Parce qu'il est un conte de fées moderne, et que les contes de fées approchent souvent la vérité des hommes. Parce que ses personnages m'ont parlé.

Ses personnages ? Philippe, l'aristocrate tétraplégique, et Driss, le Noir de banlieue qui sort de taule. Le riche et le pauvre. Celui qui sort de Sciences-Po et celui qui sort de la Rue. Celui qui aime Berlioz et celui qui aime Earth, Wind and Fire. Celui qui manque de jambes et celui qui manque d'argent.

Deux hommes que tout oppose ?

En apparence. Deux hommes qui se ressemblent, à l'intérieur. Deux hommes dont la blessure n'est pas celle qui se voit. Deux hommes ouverts aux univers étrangers. Deux hommes qui croquent la vie malgré leurs handicaps, physique ou social. Deux hommes qui refusent la pitié.

Deux hommes qui sont, avant tout, des hommes. Avant d'être un voyou, ou un handicapé.

Intouchables n'est pas un film philosophique. C'est une comédie, qui se veut comédie. Que d'autres considèrent comme invraisemblable. Et pourtant... Et pourtant, elle est tirée d'une histoire vraie, cette comédie. Représentative de notre société ? Pas vraiment. La plupart des handicapés n'ont pas les moyens de s'offrir un auxiliaire de vie à temps plein. La plupart des ex-détenus ne trouvent pas de travail à leur sortie de prison. La plupart des gens restent figés dans leur caste. Et pourtant, malgré tout, certains font exploser les barrières, et découvrent alors, en l'autre, le différent, l'étrange, un être humain qui lui apporte la vie qui lui manquait.

Les commentaires sont fermés.