Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/04/2012

L'Ecriture en 30 questions 2

La suite...


7- Écoutes-tu de la musique quand tu écris, et si oui, quel genre ? Y a-t-il des chansons qui décrivent ou servent d'hymne à tes personnages ?

Non. J'acris en silence, même si la musique ne me dérange pas. Et même si certains de mes personnages (Maury, Vaïn, Amandil) sont des musiciens de talent.

La seule de mes histoires dans laquelle la musique et les chansons ont vraiment une importance capitale, c'est Les Hautes Fagnes. Peut-être parce qu'elle est en grande partie autobiographique, et parce que je me raccrochais pas mal, à cette époque, à la musique et surtout aux chansons, contemporaines ou pas. Peut-être, surtout, parce que certains des compagnons de galère que j'ai mis en scène de façon plus ou moins proche de la réalité étaient d'excellents chanteurs et de bons musiciens. Bref, "Les Hautes Fagnes" est indissociable des chansons qui y sont évoquées, un peu comme un épisode de Cold Case.

 

 
8- Quel est le genre littéraire que tu préfères lire ? Écrire ?

A la base : la Fantasy, héroïque ou pas. Et pas nécessairement "originale". En fait, j'aime bien les bouquins qui ne me donnent pas l'impression de regarder mes voisins par le trou de la serrure. J'aime les livres où l'action ne se résume pas à "vont-ils se marier à la fin. Des livres qui font rire et pleurer, trembler, qui font réfléchir aussi (oui, oui, la Fantasy, ça fait réfléchir. Sur le monde, la politique, Dieu, les hommes, le bien et le mal...). Ce qui ne m'empêche pas de lire autre chose, hein. Des romans historiques, ou plus contemporains. Ou des classiques (mais je reconnais que, dans les classiques, je préfère Salambô à Madame Bovary et La Peau de Chagrin au Père Goriot. Toujours mon attirance pour l'Historique ou l'imaginaire).

Et je préfère écrire des histoires dans lesquelles l'imaginaire a sa place. A part "Les Hautes Fagnes" qui est très réaliste, même si elle peut paraître exagérée, alors qu'elle est édulcorée.

 

9- Comment trouves-tu l'inspiration pour tes personnages ? Explique comment tu procèdes pour les créer.

Euh... Ils me tombent dessus ? Comme Königar et Galea dans la piscine de Dacca. Je me suis rarement dit "je vais créer un personnage qui ressemble à ceci ou ça". Et les rares fois où j'essaie de le faire, il m'échappe.

Trèe rarement, je m'inspire de personnage qui me sont proches. Dame Urwen, la mère d'Anarion dans l'Arbre de le Dame, et la Comtesse de Jamar dans Le Précepteur ressemblent à ma belle-mère. Galea, au début de l'histoire, me ressemble à moi, ado infernale et très politisée. Jeremy ressemble à Célestin qui lui-même est inspiré d'un ami très proche. Catherine Bard a beaucoup de ma fille et son père de mon ex-mari.

10- Quelles sont les situations les plus étranges ou farfelues dans lesquelles tes personnages se sont retrouvés ?

La colle...

Les relations entre Catherine et Sir William sont étranges, mais pas farfelues. Sauf peut-être ce dîner autour d'un seau à champagne couvert de scènes érotiques.

La situation de Morgil, bandit de grand chemin, accueilli dans un palais royal...

Kônigar, Roi héréditaire d'Hamerland, apprenant à traire les vaches...

Je ne suis pas très douée pour les situations farfelues, moi...

 

11- Quel est le personnage que tu préfères mettre en scène ? Celui que tu aimes le moins ?

Je n'aime pas les personnages de traîtres. On n'en trouve donc pas beaucoup chez moi.

Quant à mes préférés... J'ai déjà dit que c'étaient en général des jeunes gens, disons entre 15 et 30 ans.

- Königar, Roi héréditaire d'Hamerland, peu sûr de lui au début de l'histoire et qui devient ce qu'il doit devenir au fil des pages. A l'art de s'emberlificoter dans des histoires sentimentales tordues.

- Maury, ami de Königar, blond, charmant, artiste, fils exemplaire, vassal idéal, amoureux fidèle. Adorable, quoi. Mais...

- Morgil, bâtard, voleur, assassin, brave type, qui va changer du tout au tout, ou presque.

- Célestin, petit toxico des rues, gentil, incontrôlable, fragile, et qui est trop inspiré d'un garçon réel pour que j'en dise plus ici.

- Galea, petite peste qui deviendra une grande dame, tout en gardant un caractère pas facile à vivre;

 

 

00:14 Publié dans Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.