Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/05/2012

Taubira vs Zemmour

... ou Eric vs Christiane, au choix.

1ère prtie : le harcèlement sexuel


Je ne vais pas parler ici de la "liberté d'expression en danger". Elle ne l'est pas. Ce n'est pas parce qu'une radio modifie sa grille et licencie l'un de ses animateurs (je ne donnerai pas à Eric Zemmour le titre de journaliste, même s'il est l'heureux possesseur d'une carte de presse. Mon ex-patron en possédait une aussi, alors qu'il était commerçant international et n'écrivait jamais rien) - ou plutôt le change de tranche horaire. Les grilles des chaînes de radio et de télévisions sont extrêmement mouvantes (les animateurs sont plus ou moins des travailleurs précaires, même s'ils sont bien payés). Je ne vais pas non plus enchérir sur les accusations de "racisme et de sexisme" concernant la tribune incriminée : elle n'est pas particulièrement raciste, ni sexiste. Plutôt un ramassis de lieux communs, tels que l'on peut en trouver sous n'importe quel article de La Libre (ou de n'importe quel autre journal) traitant de la justice ou d'un fait judiciaire. je vais plutôt tenter d'examiner le "fond" du billet (enfin, s'il est possible de parler de fond...)

Peu avant l'election de François Hollande à la Présidence de la République, le Conseil Constitutionnel a abrogé la Loi qualifiant de délit le harcèlement sexuel. Pas parce que les "sages" considéraient que le harcèlement sexuel n'était pas grave, mais parce que la Loi, plusieurs fois remaniée, n'était pas précise du tout. Or, cette loi était une loi pénale, et la loi pénale est d'interprétation stricte. Comment appliquer strictement une loi qui ne définit ni ce qu'est le harcèlement, ni dans quelles circonstances il est condamnable ? La France se trouve donc avec un "trou" juridique depuis cette abrogation. Un trou qui se doit d'être comblé, et vite, parce qu'il est dangereux et malsain (comme était malsaine la loi floie abrogée par les "sages").

Il ne s'agit pas de pondre en vitesse une loi anti-homme sous l'impulsion d'une virago, mais de mettre sur pieds le plus vite possible une loi qui remplace celle qui a été abrogée. Une Loi qui ne serait pas pour autant pro-femmes et anti-hommes, mais qui condamnerait l'abus de pouvoir d'un supérieur dans le but de mettre son subordonné dans son lit. Que le harceleur soit un homme ou une femme, d'ailleurs, et la victime une femme ou un homme (non, tous les harceleurs ne sont pas des hommes, et tous les harceleurs ne sont pas hétéros...).

Je me rends compte que le harcèlement sexuel au travail fait rire, est rarement pris au sérieux. Mais il pourrit aussi les relations d'entreprise, et fait des victimes, des vraies. Il ne se résume pas, comme le laisse croire Zemmour dans son sketch (bah oui, ça ressemble plus à un sketch qu'à un éditorial) à des blagues salaces et à des mains aux fesses ( qui devraient être récompensées d'une gifle en pleine figure), à de la gauloiserie et de la gaudriole. Le harcèlement sexuel au travail, c'est un "droit" de cuissage, et le "droit" de cuissage n'a pas à en être un.

Et les hommes n'ont pas à se sentir visés par cette loi. Je veux dire les vrais hommes, ceux qui respectent leurs collègues et leurs employés. Ceux qui ne se comportent pas comme des sangliers en rut sur leur terrain de chasse. Ceux qui se respectent et ne confondent pas "séduire" et "forcer". Je serais vexée, si j'étais un homme, que l'on m'assimile de par mon sexe à ces DSK de pacotille. Alors, non, Mme taubira ne fait pas de l' "homme" un "bourreau". Seulement de ceux qui sont assez stupides pour se comporter comme tels.

http://www.maitre-eolas.fr/post/2012/05/05/L-abrogation-d...

Les commentaires sont fermés.