Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/11/2012

Mort et immortalité

Halloween, c'était avant-hier, la Toussaint, hier.

Le jour des Morts, c'est aujourd'hui.

Le jour idél pour parler d'immortalité, non ?


Elle s'appelle Adèle. Elle est née le jour (enfin, à peu près) où Christophe Colomb découvrait l'Amérique. Elle ne paraît pas son âge, et travaille comme astrophysicienne à l'Observatoire d'Uccle.

C'est marrant, quelque part, que Jacqueline Harpman ait posé un personnage aussi fantastique (au sens SFF, pas au sens "merveilleux, génial" etc...) qu'Adèle dans les rues de Bruxelles, et dans un quartier aussi bourgeois que celui de l'observatoire. Même si Adèle a, au cours des siècles, parcouru le monde, ets'est donnée aux hommes. C'est marrant, parce que j'ai l'impression qu'Adèle met parfois ses pas dans les miens. Même si je n'ai rien en commun avec elle. Sauf l'amour des chats.

Je ne suis pas immortelle.

Alad, lui, l'est, immortel, dans le livre de Michel Pagel. Mais ses pas n'arpentent pas les rues de Bruxelles. Plutôt celles des royaumes de Mésopotamie. D'Irak, quoi. D'Irak, il y a 5000 ans, mais de cet Irak qui a fait, n temps partie de ma vie.

J'ai parcouru la Belgique, j'ai parcouru l'Irak, mais jamais, je crois, je n'ai croisé d'Immortel...

J'aime beaucoup les romans de Jacqueline Harpman, et j'aime tout autant, mais de façon différente, ceux de Michel Pagel. Le hasard - ou la destinée - a voulu que je lise à la suite deux histoires qui parlent de mort. De mort ? C'et bizarre que j'appelle ainsi ces histoires d'Immortels. D'immortels qui, dans leur immense solitude (car les Immortels vivent parmi les mortels, et sont uniques - ou presque - en leur genre) redoutent, plus que tout, la Mort. Plus, beaucoup plus, que nous autres, pauvres mortels. Qu nous, pour qui la mort est plus qu'inévitable. Pour qui la Mort fait parti de la vie. Est le but ultime de la vie.

Et me revient un vers issu d'un poème d'Agrippa d'Aubigné, qui m'avait frappée, choquée, adolescente. "Que l'éternelle soif de l'impossible mort"

L'impossible mort...

Les héros immortels de Michel Pagel et de Jacqueline Harpman refusent, plus que nous, mortels, cette mort, que nous rejetons de tout notre être... et que nous ne pouvons pas faire autrement qu'accepter.

 

 

Le Passage des Ephémères, de Jacquline Harpman

Les Mages de Sumer, de Michel Pagel

 

 

Commentaires

Autant le roman "L'orage rompu" m'avait fasciné de par son analyse fine et pénétrante d'un moment suspendu dans le temps, entre deux êtres attirés fatalement l'un vers l'autre, mais trop murés derrière leurs perus et leur passé que pour se libérer et vivre une passion absolue, autant "le passage des éphémères" m'a profondément ennuyé. Cette mauvaise version féminine d'un Lestat édulcoré est creuse, les personnages secondaires ridicules (ce gay qui se marie par convention et par arrangement pratique, mais quelle bêtise!), l'intrigue sans queue ni tête...non, vraiment, si on parle d'immortalité, ce livre est mortellement décevant.

Écrit par : DarksideBlues | 24/07/2013

Les commentaires sont fermés.