Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/07/2013

TdF

Non, il ne s'agit pas de Game of Thrones...


... mais de l'épreuve sportive la plus suivie au monde après les Jeux Olympiques.

Froome a gagné le Tour de France. Personnellement, ça ne me fait ni chaud ni froid. Qu'il soit dopé ou clean ne me fait ni chaud ni froid non plus. Il y a belle lurette que je ne crois plus aux soi-disant vertus du sport quand il s'agit de sport-spectacle de compétition. Les champions (parce que même la lanterne rouge du Tour est un champion, comme le plus nul des footballeurs de première division) sont des professionnels, qui font un travail de saltimbanques et d'hommes-sandwiches. Pas grand chose à voir avec le jogger du dimanche, ou le passionné d'Ultimate Frisbee (le seul sport de compétition, je crois, qui se passe d'arbitre, et qui récompense le fair-play au même titre que la victoire). Le rôle du champion est avant tout, aujourd'hui, de distraire les spectateurs (et c'est un rôle parfaitement honorable) et de faire rentrer des sous dans l'escarcelle des sponsors, dont ils sont en quelque sorte des VRP de luxe (ou de "moins luxe" pour les équipiers de l'ombre). Est-ce pire que de représenter la Nation dans des compétitions pas toujours pacifiques (et subventionnées par Coca-Cola) ?

Je n'ai rien contre les professionnels du sport. Je reconnais leur courage et leur volonté. Mais je n'arrive pas à voir en eux des héros. Ni des salauds (même s'il doit y avoir parmi eux la même proportion de héros ou de salauds que dans le reste de la population). Je comprends que l'on puisse supporter un homme ou une équipe (jusqu'à un certain point. Ne vivre qu'en fonction du Standard de Liège m'a toujours semblé incongru). J'ai énormément de mal avec la "déification" des athlètes, et avec leur idéalisation morale. Tout comme avoir vis à vis d'eux des exigences particulières. Ils trichent ? Ils se droguent ? Oui. Oserai-je dire "comme tout le monde" ? Non, plus que la majorité des gens... en quantité. Mais est-ce vraiment la quantité qui compte ? Le rocker sous coke ne sera pas condamné, pas plus que le trader ou le garçon de café qui se dope (car c'est d'abord du dopage) de la même façon (ils seront condamnés au pénal s'ils se font prendre, pas de façon professionnelle).

17:14 Publié dans Société, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dopage

Les commentaires sont fermés.